uitnodiging, invitation

IMG_6408L

op en af UITNODIGING

Invitation to the artwalk in Vollezele from 15.08 – 03.09. 2017. My little contribution to this walk made me think a lot about the tough work in the mines. I invite you all to tell what you know about this job in the past and today. You can add it in a reaction on the blog or send it to me: toos.vanliere@lagrandecense.be

Uitnodiging voor de kunstwandeling in Vollezele van 15.08 – 03.09.2017. Mijn kleine bijdrage aan deze wandeling heeft me veel doen nadenken over het zware werk in de mijnen, vroeger en nu. Ik nodig iedereen die daar iets over te vertellen heeft uit, om dat toe te voegen aan deze blog in een reactie, of het mij per email toe te sturen: toos.vanliere@lagrandecense.be

Invitation pour un parcours d’artistes à Vollezele du 15.08 – 03.09.2017. Ma petite contribution à ce parcours m’a fait penser beaucoup sur la vie des mineurs et leurs conditions de travail, dans le passé et aujourd’hui.  Si vous avez des choses à raconter à ce sujet, je vous invite de me les envoyer, soit comme réaction sur ce blog, soit par email à mon adresse: toos.vanliere@lagrandecense.be

texts inEnglish

textes en français

teksten in NL

crocheter le plastique

Depuis ma première visite avec les autres artistes participants au parcours de Vollezele, cette été (http://www.pep-in-gen), j’ai eu l’idée de crocheter une petite chapelle à la mémoire des mineurs de la region. Il est donc temps de commencer à couper des sacs en plastique, pour ensuite crocheter avec. Comme toujours, je travaille sans modèle, mais avec une forme en tête. Voilà le plastique de retour dans mon atelier, pour quelques tests et bricolages. Pour trouver le matériel qui me manque, je fais le tour chez les menuisiers et electriciens des ateliers voisins.

IMG_6055L  IMG_6186L

IMG_6188L

C’est amusant de bricoler comme ça, mais le vrai travail doit être fait ‘in situ’ naturellement. Le weekend prochain Jan et moi iront sur place avec le matos nécessaire pour travailler dans l’arbre et réaliser les choses sur mesure.

Sur place je verrai aussi si mon choix de matériaux et le mélange du plastique et du bois tient la route et surtout: si l’image crée s’intègre bien et ‘parle’.

Pendant ma pause-café je reprends le livre qui je suis en trein de lire en main. L’auteur donne la parole à 40 mineurs du Pajottenland et la Flandre de l’est qui racontent en détail de leur vie et travail. C’est impressionant. (H. VanDoormael. ‘Wij zijn de fossemannen, anders niet’. Galmaarden, vzw De Mijnwerker, 1991)

 

bois du luc

Pas loin de chez nous, à Bois du Luc/La Louvière se trouve le Musée de la mine et voilà une première occasion d’en apprendre un peu plus. Je peux faire une partie de la visite avec l’auto-guide et je passe d’abord dans les bureaux, ensuite dans la cité, ou je rencontre plusieurs habitants, dont le père a encore travaillé dans cette mine. Le villa du directeur se trouve en face de la cité et m’impressionne à coté des maisons des travailleurs.

IMG_6103L IMG_6104L IMG_6107L

Pour la deuxième partie de la visite je suis accompagnée par Elvis, qui me montre ce qui reste de la mine: l’endroit ou les mineurs descendait et le charbon montait. L’assenceur est tout petit et 12 mineurs devraient s’y presser, comme des sardines dans une boîte. Ce qui m’impressionne aussi c’est le systhème de surveillance, les profondeurs jusquà    1500 m, la salle des lampes, qui permettait aussi de contrôler si tout le monde était remonté, les espaces techniques pour la ventilation et les pompes à eau, la porte ‘guillotine’ qui se fermait lors des grèves, etc.  Enfin, ça vaut un détour!

IMG_6108L

IMG_6115L IMG_6119L

Et, bien heureusement: Barbara était aussi là…

IMG_6110L

Deux semaines plus tard je retourne à Bois du Luc, pour le vernissage de l’exposition ‘Mineurs d’Asie Mineure’. Ce qui me frappe c’est la ressemblance entre les témoignages des mineurs Turques ici dans l’expo et celles des mineurs Flamands dans le livre que je suis en train de lire. Je rencontre plusieurs fils de mineurs, un historien qui fait son doctorat sur ce thème, l’archiviste du musée et d’autres personnes  impliquées dans la réalisation de l’expo.

dans la mine

Sans l’avoir vraiment planifié, je commence à faire plusieurs dessins de mineurs et c’est ainsi que je  m’imagine un peu la dûreté de leur blulot.

IMG_6098L

Jan m’aide dans la recherche d’une mine qu’on pourra visiter encore maintenant et trouve celui de Blegny, ou on peut encore descendre.

Ce projet commence à prendre la forme d’un projet, ou d’une histoire. Un peu comme j’en ai fait d’autres avant: Le projet des polaroïds, l’histoire de Catherine, éboueuse à Schaerbeek, les histoires du PLASTIEKfabriek et de Tricot trottoir. Chaque fois il y a des dessins, des écrits, des participations d’autres, des tricots, des coutûres, des peintures etc. Les fils conducteurs que je cherche sont à la fois thématiques, techniques, liés à la forme et à ce que je ressent.

fin du monde 2

IMG_1027L

IMG_1029L

et ça continue : les tentatives de créer des formes vagement vaginales. Pour la première fois il s’agit d’une forme crochetée qui tiendra sur soi-même (pendue). Presque comme une sculpture. Le travail devra faire allusion à l’omniprésence du plastique jusqu’à dans les parties intimes de nos corps. Ca devra aussi symboliser la fausse beauté du plastique et sa contribution à la destruction du monde, surtout par son omniprésence dans les eaux des oceans.

IMG_1028L

Malheureusement le stock des sacs dans les tons roze, rouge, mauve, etc. est presque épuisé et je ne suis pas encore satisfaite du résultat.  Je ne peux pas me permettre d’aller chercher des sacs dans les magasins, mais si vous en avez, vous pouvez toujours m’en apporter….

Mer de plastique

IMG_1005LIMG_1004LIMG_1012LIMG_1006L

Félicitations à nous tous. Nous avons survécu la fin du monde, annoncé pour le 21 décembre 2012. Après tout la fin du calendrier Maya indiquait seulement le début d’un autre ère. Ouf, mais alors le boulot n’est pas finit.  C’est encore nous qui devons choisir entre  détruire ou guérir….

Quoi faire avec mon plastiek fabrique? Comment continuer le combat contre le plastique erratique? Encore découper 1000 sacs par an et tricoter les fils???

Pour commencer  l’année j’ai pris le fer à repasser en main pour faire des ‘collages’ avec les rebuts des rebuts, dans l’idée de faire une série de petits tableaux. En les regardant je vois une certaine ressemblence avec la vie sousmarine… ‘MERde PLASTIQUE’ alors?

IMG_1008L

temps d’attente

Comme beaucoup d’autres artistes plasticiens je n’ai pas obtenue la prolongation du statut d’artistes cette année. C’est comme un licenciement non-attendue. Je me trouve sur le trottoir, du jour au lendemain.

Merci à mon syndicat SETCA de vouloir défendre mes droits et de soutenir une démarche devant le tribunal de travail. Merci à tous qui soutiennent les actions contre l’exclusion des centaines d’artistes du statut. (Voir actualités sur le site de l’asbl SMART). Merci aux manifestatants pour un Europe plus sociale aujourd’hui et demain.

En attendant, j’ai eu le droit d’attendre… au téléphone avec l’ONEM, pour connaitre les raison de mon exclusion, dans les bureaux du syndicat pour être reçu par le service juridique, dans les bureaux de smart et l’ONNS, pour obtenir les documents nécessaires pour une procedure judicière, etc. Estimation du temps d’attente entre fin septembre et mi-novembre: environ 2 semaines de 38heures. Heureusement j’ai toujours de quoi m’occuper dans mon sac.

hamac parc josaphat (art 1030)

Le premier weekend s’est très bien passé, avec pas mal de visiteurs du parcours d’artistes de Schaerbeek ‘Art 1030’, mais aussi des gens du quartiers en promenade dans le parc. Beaucoup de questions, surtout de la part des enfants. Pourquoi tu fais ça. C’est vraiment du plastique? Combien de temps faut-il pour le faire? Combien d’argent gagnez-vous avec ça? Est ce que je peux dormir la dedans? Pourquoi vous n’aimez pas le plastique?

C’était bien agréable d’en discuter , même si certains questions sont difficiles à répondre. Pourquoi j’ai dépensé autant d’heures pour créer un image que j’avais en tête pour ce parc? A cette question je ne sais pas vraiment répondre, mais je sais que je le ferais encore. Et quand le soleil d’automne est venu se coucher dans mon hamac vers la fin de l’après-midi,  je trouvais ça vraiment un rêve.

art 1030

Pour ‘Art 1030’, le parcours d’artistes de Schaerbeek, je me suis inscrite pour une participation dans le parc Josaphat. C’est l’occasion de réaliser un projet que j’ai depuis quelque temps en tête: un hamac en ‘dentelle’ de plastique blanc. Aujourd’hui je suis allé dans le parc pour tester l’emplacement et les mesures et pour voir si l’image correspond à l’idée.  Le Hamac de mes rêves et cauchemars sera exposé les weekends du 29/30 septembre et  6/7 octobre, entre 14 et 18 heures. Vous le trouverez en face de la prairie des anes, en prenant l’entrée du parc au croisement de l’av. Eisenhower et l’av. des Azalées. J’y serais pour montrer les techniques de crochet et tricot avec le plastique erratique recolté à Schaerbeek.

In plaats van mijn atelier open te stellen, heb ik voor deze editie van het Schaarbeekse artiestenparcours aan de organisatoren gevraagd te mogen deelnemen op een publieke plaats, in het Josaphatpark. Na het nodige overleg tussen verschillende diensten en schepenen kwam de toestemming er en kon ik een project uitvoeren dat ik al een tijdje in mijn hoofd had: een illusoire hangmat in witte plastiek haken en tussen twee bomen in het park hangen. Vandaag ben ik wezen passen, om te zien of de maten juist zijn en of het beeld ‘klopt’. Wie de hangmat van mijn (boze) dromen wil zien wordt van harte uitgenodigd in het Josaphatpark op 29/30.09 en 6/7.10.  Tegenover de wei van de ezels vind je ook mij en kun je als je wilt (leren) breien of haken met authentiek Schaarbeeks zwerfplastiek.

Hmacflyer

promenade plastique

Le 27 août je décide de partir pour  la ‘promenade plastique’ le long du canal Bruxelles – Charleroi, une idée qui trotte dans ma tête depuis des mois déjà.
Comme il fait beau, pourquoi pas tester l’idée, même si j’ai pas trop réfléchi sur le comment et pourquoi….

Les plastiques sont là en tout cas.

dans l’eau aussi bien que par terre

Apparemment il y a des techniques spéciales. Sur le terrein de ‘AD Plastic Injections’ à Lembeek ils sont annoncés, mais je cherche en vein d’en savoir plus.

A Lot je rencontre  François Vekeman qui montre son invention aeolienne dans son jardin.

Mon entrée à Bruxelles est joyeuse.

Surtout quand je vois comment ça a poussé, à partir de nos choux…..